COMPRENDRE LA MALADIE VEINEUSE


Les causes

Les affectations veineuses des membres inférieurs regroupent l'ensemble des manifestions liées à une perturbation du retour veineux.

Du point de vue de la physiologie, le sang remonte par les veines. C’est ce que l’on appelle le flux. Pour lutter contre la pesanteur, un système de valvules anti-reflux étagées agissant comme des clapets, qui empêche le sang de refluer.

A l’origine de la maladie veineuse des membres inférieurs, on constate une dégradation de la paroi veineuse et une détérioration des valvules anti-reflux, qui provoquent une hyperpression veineuse.

Sous l'effet de cette pression, la veine pathologique se dilate, un reflux s'installe, générant une hyperpression, qui provoque elle-même une stase veineuse. Le sang stagne dans la veine et la déforme provoquant l'apparition de varices ou ampoules variqueuses.

Les affectations veineuses des membres inférieurs sont évolutives. Sans traitement, elles peuvent engendrer des complications graves.

Les facteurs de risque

Le sexe constitue, derrière l'hérédité, un facteur de risque important. Il en est de même pour la position au travail (position debout avec piétinement, position assise prolongée) et l'âge.

En dehors de la grossesse et de la ménopause, spécifiques à la femme, l’environnement joue un rôle déterminant dans la survenue des troubles. Les longs voyages, certains sports, sont autant de situations aggravantes qui nécessitent une réelle prise en compte du risque veineux.

Les situations aggravantes

Les longs voyages

Les longs voyages (on considère qu'un voyage de longue durée est de plus de 4 heures) peuvent faire apparaître des problèmes veineux divers, des plus communs comme le gonflement des jambes (oedème), aux plus graves comme l'embolie pulmonaire.

Favorisée par l'immobilité, la stase veineuse peut provoquer un gonflement des jambes, une thrombose veineuse superficielle, ou plus grave, une thrombose veineuse profonde. Tous ces problèmes veineux peuvent apparaître même chez des sujets sains sans antécédents d'affection veineuse des membres inférieurs.

 Le sport

Le sport est plus souvent l'ami de la veine que son ennemi. Seule la pratique très intensive de certains sports est susceptible d'aggraver ou de provoquer l'apparition de troubles veineux. Il s'agit notamment des sports qui ébranlent la colonne veineuse (tennis, squash), provoquent des hyperpressions (haltérophilie, aviron), bloquent les articulations (ski alpin, équitation, patinage) ou entraînent des traumatismes importants (rugby, judo).

Les sports qui mettent en action la voûte plantaire et la pompe musculaire du mollet, favorisent en revanche le retour du sang vers le cœur. Ils sont considérés comme favorables au plan veineux : la marche, la natation, le vélo, le golf, le ski de fond, la gymnastique.

La grossesse

Le statut hormonal, la compression exercée par l'utérus et l'augmentation du volume sanguin expliquent la fréquence de cette pathologie chez les femmes. Lors de la grossesse, des hormones oestrogènes et progestatives sont produites en très grande quantité. Les interactions entre les hormones et les veines sont nombreuses : dilatation pariétale, diminution du tonus pariétal, augmentation de la perméabilité capillaire…

S'il est vrai qu'une femme enceinte sur deux présente des signes d'affection veineuse des membres inférieurs, affection veineuse ne veut pas dire varices. Lors de la première grossesse, le risque de développer une affection veineuse des membres inférieurs n'est que de 10% à 20%. Il double à la seconde grossesse (1).

La contraception

La contraception orale (pilule) n'est pas contre-indiquée en cas d'affection veineuse superficielle des membres inférieurs. Elle l'est, en revanche, en cas d'antécédent de thrombose veineuse, qui sont trois fois plus fréquentes sous pilule.

La ménopause

La ménopause se caractérise par un épuisement progressif du stock de follicules actifs dans les ovaires. Elle se manifeste en deux temps : baisse progressive de la sécrétion de progestérone, puis baisse de la production d'oestrogènes. La ménopause est alors responsable de manifestations émotionnelles et physiques caractéristiques. On constate alors l’apparition de gonflements des chevilles et des jambes, ainsi qu'une prolifération des varicosités.

(1) « Varices et grossesse », par le Docteur Frédéric VIN, Genesis, Janvier 2003, n°82

Quelques conseils pratiques en hygiène de vie peuvent parfois suffire à soulager les symptômes :

 
Quelques conseils qui vont dans le bon sens


- Eviter les stations debout ou assise prolongées et les piétinements ;

- Eviter les talons hauts et les vêtements trop serrés ;

- Eviter une exposition prolongée aux sources de chaleur : soleil, bains, sauna, épilation à la cire chaude… ;

- Veiller à un bon équilibre alimentaire ;

- Surélever les jambes au repos ;

- Rafraîchir les jambes (douche à l’eau tiède) ;

- Privilégier la marche, la montée d’escaliers ;

- Pratiquer une activité ou un sport non traumatisant de manière régulière (natation, vélo, gymnastique, yoga, exercices quotidiens de flexion/extension des pieds, mouvements de pédalage).

 


logo-2 

49 av.Camille Rousset 69500 BRON 

04.27.11.58.41

Site Login